AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Garçons » cinq libres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:11

Death note sur les prédéfinis

Les prédéfinis sont assez libres et sont en partie là pour vous donner un aperçu des personnages que vous pouvez incarner sur Huis Clos.
Si certains peuvent paraître évasifs, c'est pour que vous puissiez y ajouter votre interprétation. En cas de véritable doute, vous pouvez toujours contacter le créateur du personnage (et en cas d'absence de réponse, vous pouvez aussi contacter un autre membre du staff plus actif : nous sommes très associatifs). De même, si le nom ou l'avatar du personnage vous bloque véritablement, nous sommes toujours ouverts à la négociation, veillez simplement à ne pas trop en abuser.

prédéfinis garçons
groom
Andy© mademoiselle.
_______personnage pris.

D'Arcy© schultz.
_______personnage libre

Desperados© schultz.
_______personnage pris.

Prada© monsieur.
_______personnage libre.

Qwertz© schultz.
_______personnage libre.

Wagner© sailor.
_______personnage libre.

Dow Jones© sinister 6.
_______personnage libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:12

Andrew Mann • Américain • Décorateur d'intérieur • 30 ans environ • Arrivé depuis une dizaine d'années
29/05/1947 — 03/01/1975 • Suicide par overdose de fluor (ingurgitation excessive de dentifrice) • Décédé à 28 ans
andy
Andy a toujours adoré l'Art, et n'a cessé de le revendiquer toute sa vie et toute sa mort. Le problème ? Cet amour n'est pas réciproque, loin de là, car l'Art semble détester Andrew et Andy de toutes ses forces. En effet, on peut dire que le jeune décorateur est un artiste raté, dans tous les sens que le terme englobe. De son vivant, personne n'a jamais reconnu son génie, parce que dans le fin fond de l'Arizona, on n'apprécie pas vraiment les gens qui ne veulent pas reprendre l'entreprise familial. Alors Andrew, sûr de lui, de ses collages en papier mâché et de ses peintures ketchup mayo (ce n'est pas une métaphore, Andy peignait vraiment avec ça, faute de moyen) s'envola pour Londres, la ville mondiale de la liberté artistique, où sûrement quelques galeries hipster accepteraient d'exposer ses oeuvres. Malheureusement, l'âme de Andy était trop excentrique, même pour Londres, et la seule galerie qui voulut bien exposé ses oeuvres, c'était la rue. Du coup il se retrouva maintes fois à gueuler des prix comme un poissonnier sur le trottoir, jusqu'à ce que quelqu'un veuille bien lui acheter une toile histoire qu'il paye son loyer et quelques coquillettes pour ne pas mourir de faim. Le reste du temps, il le passait à se torturer dans son atelier/appartement/grenier, en écrivant sur les murs des maximes de dépressif comme "Je suis le seul qui me comprend et comprend le monde" ou encore "Art is a dirty job but somebodys got to do it". Un soir, il décida de mettre fin à ses jours avec le truc le moins dégueulasse qu'il avait sous la main, faute de pouvoir se procurer de la cocaïne comme l'aurait fait une rockstar.
Quelques années après sa mort (... tragique ?) ses productions se vendirent aux enchères à plusieurs milliers de dollars.

Et ? La DRH de l'hôtel décida de l'embaucher parce qu'il était vraiment malheureux de voir ses oeuvres se vendre aussi bien après qu'il soit mort et enterré. Depuis, vous l'entendrez souvent dans les couloirs en train de s'exclamer "Ah oui je voix bien un papier peint orange et pourpre avec des bustes de canards tous les cinq mètres. Ou des formules chimiques en relief, je sais pas encore" pendant qu'il regarde profondément un mur. Malheureusement (ou pas) ses projets de décoration n'ont jamais vu le jour, faute de moyens et de fournisseurs (non, Ikea n'existe pas en enfer).

+ Il porte toujours des lunettes noires parce que ça fait mystérieux, et qu'un artiste se doit d'être mystérieux. Certains pensent donc qu'il est aveugle, ce qui en voyant certaines de ses productions pourrait avoir du sens.
Les cheveux violets, c'est pas lui par contre, il venait à l'Exposition universelle juste pour se faire faire une raie sur le côté.

The mole
Happy Tree Friends
Hershel Asheri see a red door and i want it painted black
Un jour où il avait encore moins à faire que d’habitude, Andy a proposé à Hershel de lui redécorer sa chambre. Il lui a fait diverses propositions enthousiastes, auxquelles le pensionnaire a répondu de façon plutôt positive. Le projet n’a pas pu être mis à exécution, d’une part parce que comme tous les pensionnaires Hershel n’a pas de chambre, et principalement parce que ce dernier changeait d’avis tout le temps sur le papier peint à motif grenouille ou le lit creusé en terre cuite. Du coup, Andy veut bien faire et revient fréquemment à la charge avec un nouveau projet « for-mi-dable », qui est souvent prétexte à bavarder. En vérité, il s’est réellement pris d’amitié pour Hershel, et a peur que ce dernier mette un jour un terme à leur collaboration. D’autant plus que pour une fois, il se sent utile.
Rhadamanthesomeone like you
C’est un secret qui ne doit pas s’ébruiter afin que toute sa crédibilité ne s’effondre : Andy est un fanboy de Rhadamanthe. (no homo) Il pense sincèrement que le juge est l’incarnation de tout ce qui se fait de classe et de stylé au monde, ou au Huis Clos. Les lunettes de soleil ? C’est pour faire comme Rhadamanthe, évidemment. Il espère secrètement que ce dernier remarquera tout ce qu’il fait pour l’hôtel et le complimentera sur ses choix en matière de décoration intérieure. Mais Andy crèverait une deuxième fois plutôt que de l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:12

Daniel Langston • Américain • Secrétaire du directeur
22 ans • Ici depuis une éternité
A vécu de 1910 — 1956 • Assassiné, officiellement victime d'un accident • Il avait 46 ans
D'Arcy
D'Arcy est le zèle même.
On n'aura vu de secrétaire plus consciencieux, au point qu'il transporte toujours avec lui sa machine à écrire rétro sous le bras, pressé d'aller en conférence, hâté par les obligations de son contrat à durée indéterminée. D'Arcy remonte sa cravate et déclame que son supérieur, le si grand maître de l'hôtel a besoin de lui et file. Il prend d'ailleurs le plus grand soin de son apparence pour paraître digne du directeur et court toujours, de la salle de réunion jusqu'aux bureaux, des bureaux jusqu'au denfert, du denfert au gueuloir, puis on perd sa trace tant le lapin blanc bondit vite.
Vous serez bien surpris de retrouver D'Arcy, le sérieux D'Arcy, le stakhanoviste D'Arcy en pleine conversation païenne avec Sputnik ou n'importe quel autre premier tire-au-flanc dans les parages. D'Arcy l'élégant secrétaire acharné n'est qu'une des chiffes molles qui peuplent le personnel de l'hôtel. Mais il persistera à croire que vous n'avez rien vu et qu'il doit se dépêcher d'aller noter le discours du directeur, de son bien-aimé directeur, son sauveur, le souverain magnanime de l'hôtel auquel il voue une si grande loyauté...
Mais au fait, y a-t-il un directeur à Huis Clos ?

+ D'Arcy ne parle pas beaucoup pour dissimuler sa dyslexie. Il est également très myope.

Et ? Il avait été un gracié, puis comme il avait toujours été un homme très occupé, il demanda très vite à intégrer le personnel. Sa lassitude revint pourtant vite.

Quand et comment es-tu arrivé à Huis Clos ? Avant, D'Arcy était un homme politique ; il fut assassiné à l'âge de quarante-six ans du fait de ses penchants communistes.

Dino Cavallone
Katekyo Hitman Reborn
Les autresonly ones who know
On le prend pour quelqu'un de très sérieux et de très ennuyeux, aussi, alors n'a-t-il pas beaucoup de relations. Il est assez apprécié au sein du personnel et même des pensionnaires car il offre l'image d'un modèle à suivre (haha !) Bien que bel homme, D'Arcy repousse les femmes car il se met à affreusement bégayer dès qu'il s'agit de tenir une conversation en tête-à-tête. Alors il va se réfugier dans sa machine à écrire.
Eryniethe room is on fire as she's fixing her hair
D’Arcy est terrifié par Erynie, son corps qui bouge et ses cheveux qui flambent. Plus que tout, il a peur du regard pose sur lui, et il sent bien qu’il n’est qu’un proie de la Furie. Il l’évite plus que personne d’autre, parce qu’au fond de lui, il ne peut s’empêcher le désir de se mêler à la terreur. Il a pour le moment trouvé la parade : il a remarqué qu’elle refuse de s’approcher des groupes nombreux. Mais si jamais elle le trouve seul, il sait qu’il est fichu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:14

Désirée Asis • Argentine • Barmaid • 25 ans • Assez récente, ancienneté de quelques années
A vécu de 1919 — 1952
Liquidée par ses débiteurs • Décédée à 33 ans
Desperados
L'habit ne fait pas le moine, et la couette ne fait pas la bonne sœur. Il ne faut surtout pas prendre Despe pour une sorte d'ingénue timide avec ses longues robes et ses coiffures de gamine. Il n'y en a pas deux comme elle, pour secouer, mélanger et doser ses cocktails à perfection. On dit que l'enfer ne vaut la peine que pour ses mojito glacés. Certains se damneraient une seconde fois pour goûter de nouveau à ses mélanges magiques. Desperados est certainement une des seules membres du personnel qui soit réellement enthousiasmée par son travail et qui y met tout son cœur. Mais faites attention : la barmaid est un véritable tyran. Si elle juge que vous ne prodiguez pas assez de compliments au bloody mary et que vous n'aviez pas un ton suffisamment soumis, elle n'hésitera pas à vous offrir une douche de tequila maison.
Despe est une femme excessivement gaie. Elle n'hésite pas à rire à pleine gorge et à roter si l'envie lui prend. Elle jure comme un camionneur et traite les hommes comme des insectes. Mais n'allez pas croire qu'elle est masculine et d'autres clichés sur les lesbiennes : Désirée sent la lavande et n'est malheureusement pas assez virile pour offrir de la galanterie aux femmes. Elle est donc comme un homme, mais pire.

Et ? Auparavant graciée, elle était une femme intolérable au comportement immonde. Insultante, grossière, arrogante, on l'a forcée à intégrer le personnel pour mieux la contrôler.

Quand et comment es-tu arrivé à Huis Clos ? épouse d'un riche industriel américain, elle finit endettée par les jeux. Elle ne voulut pas renoncer à son train de vie de diva en arrivant au Huis Clos.

Mirajane Strauss
Fairy Tail
Aires Andersoncharmless man
Du temps où Despe était encore graciée, elle avait énormément de points en commun avec Aires. Leurs origines, leurs convictions et leurs caractères s'accordaient à tel point qu'on aurait pu les croire jumeaux ou unis par un quelconque autre lien étroit. On ne sait pas très bien si la compagnie d'Aires rend Despe de meilleure humeur ou si sa rage contre le monde entier est décuplée à cause de lui.
Pradacalm like you
Despe court dès qu'elle peut au salon de Prada lui demander une nouvelle coupe et la rendre plus belle. Prada se contente de lui attacher les cheveux et de les lui peigner, et Despe trouve que c'est magnifique et que Prada est extraordinaire. On passera sous silence le fait que c'est principalement parce que Prada lui plaît beaucoup. Elle tente d'ailleurs de la prévenir sans cesse sur la vraie nature d'Aires, mais ce n'est pas comme si l'ancien prêtre cachait sa personnalité odieuse, après tout. Prada pense qu'il s'agit tout bonnement de conseils de bonne amie : aussi Desperados devrait-elle se résigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:14

Telma Alvarez de Campanella • Cubaine • Coiffeuse • 31 ans • Au Huis Clos depuis un certain temps déjà
A vécu de 1924 — 1962 • décédée de l'accouchement de son deuxième enfant • morte à 38 ans
Prada
Aussi loin qu'on s'en souvienne, jamais on a vu Prada sans objet tranchant dans les mains, ni la tête baissée. Elle a l'allure des grandes dames qu'on lit dans les contes et légendes, et tous dans l'hôtel connaissent le son si caractéristique de ses talons qui percent le sol. Les nouveaux venus la craignent et l'évitent, avant qu'il ne se décident, résignés, à venir toquer à sa porte, la crinière touffue par le temps. Ils font alors connaissance avec Telma, cette femme aux mains incroyablement sèches, rongées par l'eau savonneuse et les teintures chimiques, mais qui une fois posées sur vos épaules, vous installent avec la plus grande douceur sur votre siège.

Vous vous asseyez, et pendant qu'elle s'affaire, à votre plus grande surprise, tout ce que vous entendez est la symphonie des ciseaux, ou des sabres, ou des dagues qu'elle manie à cadence effrénée. Rien que ça. Pas de discussion, et toute tentative se soldera par un monosyllabe peu avenant.

Telma n'aime pas les mots. Elle n'a pas l'éloquence des Reines. Elle préfère les cheveux. Les sculpter, les rendre beaux, les tresser, les enrouler. C'est sa façon à elle de dire je vous aime, c'est dans ces gestes qui coupent et tuent que sa tendresse maternelle transparaît. Ça, c'est ce que tout le monde ressent, en allant chez Telma.

Et ? Prada manque cruellement de confiance en elle et pense qu'elle n'est bonne qu'à coiffer les gens. Elle a pourtant une voix d'or que très peu de gens ont eu le privilège d'entendre. Son air de dame impénétrable n'est pas une carapace, c'est simplement l'attitude qu'elle avait avant de devenir Garçon.

Quand et comment es-tu arrivé à Huis Clos ? le 4 Juillet 1962, après avoir accouché de son deuxième enfant, Sofí. Elle eut le coeur brisé quand elle vit que son bébé séjournait au Carré des anges et commença à se demander si devenir Garçon n'était pas la meilleure chose à faire. Elle se lança finalement grâce à Desparados.

Nico Robin
ONE PIECE
Aires Andersonworking class bléro
Aires entre en silence chez Prada, sans lui dire un mot et demande systématiquement la même coupe à chaque fois, en montrant du doigt la photo page 42 de son almanach à coiffures. Une raie au milieu. La coiffeuse s'affaire et il s'avère que la raie est légèrement sur le côté. Parfait, se dit l'homme en prenant congé, pleinement conscient des effets de l'Exposition, et content d'avoir calculé son choix de sorte que le résultat se trouve être celui qu'il désirait. La coiffeuse, elle, soupire du nez à chaque fois que le carillon sonne son départ, et dans la poitrine s'estompe petit à petit cette chaleur qu'elle ne ressent qu'en sa présence.
Despeand then... nothing
Au plus profond de Prada, il existe une femme riante et affectueuse, au-delà de la mère aimante mais taciturne ; que seule Despe arrive à faire resurgir. Elles parlaient et parlent très souvent en Castillan ensemble, ce qui explique les sobriquets dont elle est affublée : Despernada, Despegada, Despejada ... et c'est en apprenant que cette dernière allait devenir Garçon qu'elle a finalement, elle aussi, fait le grand saut. Leur amitié paraîtrait presque fixée comme un axiome, si seulement Prada voyait que chaque fois qu'elle parle d'Aires, son amie souffrait toujours un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:15

Querin Hertz • Sud-africain • Informaticien • 18 ans
Là depuis une vingtaine d'années
A vécu de 1995 — 2013
Décédé par inanition et déshydratation • Il avait 18 ans
Qwertz
Qui a dit que les enfers devaient en rester au stade archaïque du développement numérique ? Vous croyez vraiment que Rhadamante et Belphégor passent leur temps à consigner des fiches sur les pensionnaires dans une espèce de salle d'archives avec des montagnes de dossiers ? Faux, archifaux, légendes et personnel peuvent enfin souffler - Querin a tout de suite été recruté pour inventer un système de base de données propre à Huis Clos parce qu'on savait qu'il était le meilleur.
Querin ne manque d'ailleurs pas de le faire remarquer à tout bout de champ et de clamer qu'il est le roi de l'informatique - il est vrai, trois quarts de ses interlocuteurs ne savent même pas ce qu'est un ordinateur. Arrogant au possible, Qwertz serait une tête à claque seulement si il n'inspirait pas autant de... pitié. Parce que malgré tout, Querin reste quelqu'un d'assez peu intégré, du fait de son caractère capricieux principalement.

Et ? Auparavant damné pour avoir abusé de l'orgueil durant son vivant, Querin ne semble pas très bien avoir compris la leçon au Huis Clos. Au contraire, il semblerait qu'il ne trouve pas de limites à péter plus haut que son cul.

Quand et comment es-tu arrivé à Huis Clos ? on lui avait demandé de créer un jeu flash, il a passé des journées dessus sans se nourrir et s'est trouvé tout à coup au Huis Clos.

Niizuma Eiji
Bakuman
Proserpineball and biscuit

Querin reste... suspicieux. Proserpine est jusque là la seule personne saine d'esprit qui est venue d'elle-même se lier d'amitié avec l'ingénieur en herbe. Elle semble passionnée par ses récits de codages héroïques et de batailles navales en ligne, et elle est bien trop aimable avec lui : il pense qu'elle se moque de lui et s'en méfie comme de la peste. Déjà victime de telles pimbêches populaires sur Terre, Qwertz ne se laissera pas faire pour l'éternité !
Vanjii typed your number into my calculator
Vanji est une anomalie. Elle ne figure pas sur son programme et ne devrait même pas être ici. Qwertz voudrait ouvrir les yeux à tous les pensionnaires sur la preuve vivante qu’une porte entre les deux mondes est possible, mais ses supérieurs lui disent toujours de ne pas s’en préoccuper. Il sent bien qu’on veut évider que cela ne s’ébruite, alors il tente de s’informer sur les pouvoirs de Vanji par des moyens détournés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • la colombe de la paix
admin • la colombe de la paix

avatar


Messages : 39

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Ven 10 Mai - 18:15

Albane Humbert • Française • Cuisinière • 23 ans
Elle vient tout juste d'arriver au Huis Clos
13/05/1990 — 13/05/2013 • Elle n'a presque aucun souvenir de sa mort • Décédée à 23 ans
Wagner
Un jour Wagner a battu des paupières et elle s'est retrouvée au Huis Clos. Elle ne se souvient aucunement de sa mort : pas de couloir blanc, pas de lumière au bout du tunnel, la première et seule chose dont elle se rappelle c'est de la réception.
A partir de là, Wagner a eu du mal à accepter sa propre mort et elle est même intimement persuadée que le Huis Clos est en fait un hôtel normal. Elle pense que l'administration de se fait appeler les Mythes parce que c'est une sorte de blague entre eux, qu'il n'y a pas de chambres car elles sont toutes en train de se faire dératiser et qu'elle n'a pas vu de fenêtres parce qu'elles sont toutes dans une autre partie de l'hôtel. Elle n'a même pas encore remarqué qu'elle ne ressentait ni faim ni sommeil.
Un jour comme ça, elle a croisé Belphégor et comme elle s'ennuyait un peu, elle lui a proposé son aide. Alors Albane est devenue Wagner sans même qu'elle ne s'en rende compte.

+ : Wagner est la cuisinière de l'hôtel et est certainement la pire chef que vous aurez jamais le loisir de rencontrer. Heureusement pour elle, on ne mange pas au Huis Clos et elle se contente de rendre ses mets visuellement impeccables pour les exposer au Necroprix. Personne ne sait d'ailleurs où se trouve la cuisine ni d'où elle sort les ingrédients pour faire ses plats.

Et ? De son vivant, Albane était hôtesse de l'air. Elle rentrait d'ailleurs de l'aéroport en taxi lorsqu'elle eut l'accident qui lui couta la vie. Elle ignore que Jia était sa chauffeuse et n'a d'ailleurs que des souvenirs très flous de cet incident.

Shirona
Pokémon
Alfred Humbertpapa was a rolling stone
Alfred et Wagner viennent à peine de se retrouver et le moins que l'on puisse dire c'est que le père à très peu compris pourquoi sa fille s'était engagée chez les Garçons. De son côté, Wagner se souvient à peine d'Alfred et a accepté ce père comme elle a accepté tout le reste à Huis Clos : avec une perplexe indifférence. On lui aurait dit que Rhadamanthe était son frère que ça ne lui aurait pas causé plus d'effet.
Zhao Jiaso who are you ?
Albane ignore que Jia est la raison pour laquelle elle s'est retrouvée au Huis Clos. Sûrement que si elles finissaient par se croiser, Wagner ne la reconnaitrait même pas. Mais qui sait ce que cette rencontre provoquerait sur les deux femmes ? Pour le moment elles ne savent mutuellement pas qu'elles sont toutes les deux au Huis Clos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • the black panther
admin • the black panther

avatar


Messages : 62
Mort : Chute de tonneaux.
Fonction : Psychiatre.

Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
  Mar 30 Juil - 8:51

Lanz Zimmerman • Allemand
Directeur (prétendu) du Huis Clos • 31 ans
Vient tout juste d'arriver • N'a encore rien dit précisément sur sa mort et ses circonstances.
Dow Jones
La petite voix fluette de Dow Jones lorsqu’il assure à qui veut l’entendre qu’il est le très insigne directeur du Huis Clos se perd dans les couloirs de l’hôtel, et lui n’a que ses yeux rouges pour pleurer. Il serait sorti comme ça de nulle part, à l’improviste, suppliant «son» personnel de lui rendre ses clés. Rares sont ceux qui veulent bien croire à ses histoires. Car ne sont que des histoires, n’est-ce pas ?

Les impressions ne valent ici pas tripette. Dow est loin du charismatique et mystérieux gérant qu’on imaginait. Bien trop gentil pour son propre bien, affable et peureux, les directives qu’il essaie de donner ne sont suivies par personne et il n’est pas difficile de lui rabattre le caquet. Beaucoup seraient déçus de voir que l’autoproclamé patron est chétif, grisonnant et cagne des genoux. Si éminent soit-il, le pâlichon Dow n’a rien d’un brillant directeur : il passe son temps à errer un peu partout avec des clapiers plein les bras et à tapisser le Denfert Rochereau d’affiches « Avez-vous vu ce lagomorphe ? ». Dow élève des lapereaux blancs car ce sont des bêtes fidèles, mignonnes et à l’écoute. Leur consanguinité n’enlève absolument rien à leur charme et ils sont bien plus compatissants que bien des pensionnaires.
C’est un peu lamentable.

En tous cas Dow Jones assure qu’il n’a pas toujours été cette fluctuante petite courbe déjetée. Il court désormais comme l’électro encéphalogramme d’un coeur arrêté mais il paraît qu’il a un jour été au sommet.
Et ça, c’est pas rien.

+ : Chacun de ses lapins possède un prénom inspiré du lexique de la bourse. Son petit préféré est indéniabement Quorum.

Et ? S’il vous prend l’envie de l’écouter il est très probable que vous le trouviez perdu au zoo, sanglotant d’enclos à enclos, hoquetant qu’il voudrait juste qu’on l’aime et qu’on le respecte un tout petit peu. Où est donc cette reconnaissance que tous lui doivent bien ?

Prussia
Hetalia
D'Arcyinconnu à cette adresse
D'Arcy ne jure que par son bien-aimé directeur et se damnerait (remarque, c'est déjà fait) pour le contenter. Dow Jones vient de débarquer tout fraîchement, alors forcément, la prise de contact et un peu difficile. Aucun des deux n'est encore allé vers l'autre, pour Dow simplement parce qu'il n'ose pas trop, et pour D'Arcy... et bien allez savoir. En tous cas le secrétaire rase les murs en assurant toujours qu'il faxe frénétiquement ses sincères salutations au directeur pour son inespéré retour. Peut-être est-ce le début d'un long échange épistolaire.
Les autrescan i change your mind
La situation est pour l'instant assez flottante entre Dow Jones et le reste de l'hôtel. Comme il vient juste d'arriver, la plupart des pensionnaires ne savent pas trop quoi penser, les mythes ne se prononcent pas et les garçons semblent n'avoir rien remarqué. Le manque d'autorité de Dow y est pour beaucoup, alors s'il veut recouvrer sa place et sa légitimité, il va falloir qu'il se sorte les doigts de ses cages à lapins. Parce qu'il y a à faire au Huis Clos, beaucoup à faire. Notamment pour ces histoires de bruits persistants dont de plus en plus se plaignent.



- - - - - - - - - - - - -


    airwair with bouncing soles

felt like the weight of the world was on my shoulders pressure to break or retreat at every turn facing the fear that the truth i discovered no telling how all this will work out but i've come too far to go back now
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



Message  Sujet: Re: Garçons » cinq libres.
 

Revenir en haut Aller en bas
 

Garçons » cinq libres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: garçon ! :: Registre :: Corps-