AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 She laughs like god, her mind's like a diamond. DESPE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar


Messages : 15
Mort : de merde.
Fonction : Strip-teaseuse.
Totem : Haya.

Message  Sujet: She laughs like god, her mind's like a diamond. DESPE.
  Mer 15 Mai - 22:18

DESPERADOS

I've died a hundred times

PSEUDONYME : Desperados.
NOMS : Désirée Asis.
PAYS : Argentine.
OCCUPATION : Serveuse puis rien.
VIE : 7 juillet 1919 — 8 octobre 1952
MORT : Tuée par son créancier.
ÂGES : 25.
ANCIENNETÉ : 2ans.
ANCIEN TOTEM : Un billet de monopoly. Despe a passé son temps à courir après l'argent pour s'offrir ce qu'elle voulait.
EMPLOI : Barmaid.



Please allow me to introduce myself

I'm a man of wealth and taste



Qui pisse contre le vent se rince les dents.

Desperados est affreuse. Affreusement grossière, affreusement folle, affreusement heureuse, affreusement superficielle. Mais on l'aime pour ça.


Every single one's got a story to tell

From the queen of England to the hounds of Hell




Je suis née en 1919, en Argentine. Je n'ai pas eu une enfance exceptionnelle. Mes deux parents ne m'ont ni frappée, ni violée, et ils sont morts à un age convenable (72 et 95ans.) J'étais fille unique, mes parents gagnaient de quoi me nourrir. Une histoire bien chiante, en effet.
A ma majorité j'ai décidé d'arrêter les études puis je suis devenue barmaid dans un pub plutôt bien fréquenté. C'est là où j'ai rencontré mon mari, Peter, un beau blond aux yeux bleus que j'ai embrassé, baisé, épousé.



Non. En fait, son nom était Néstor. Il avait dix ans de plus que moi, brun, petit et souffrait déjà d'un début de calvitie. Mais, voyez-vous, je ne suis pas quelqu'un de superficiel. Je ne m'arrête pas au physique. Vous voyez, moi je suis quelqu'un de très spirituel ! C'est vrai, c'est vrai. Alors, le jour où il m'a dit « Mademoiselle vous êtes magnifique, ça fait plusieurs jours que je viens rien que pour vous admirer. Puis-je vous payer un verre ? » J'ai répondu, délicatement. Entre deux services. « NON MAIS T'AS VU TA GUEULE ? Au lieu de me payer un verre, va te payer une chirurgie ! »

Je ne sais toujours pas pourquoi, mais ça l'a fait rire.

Le lendemain, il était encore là. Avec ma démarche délicate, je suis promptement venue à sa rencontre pour lui dire que. Merde j'étais pas intéressée. Mais môssieur avait déjà brandit son arme secrète : (Pas sa bite, non.) une bague. Une magnifique bague qui brille encore dans mes rêves.

Et j'ai su que je l'aimais.

Non pas la bague, mais lui. Aussitôt, je mis l'objet autour de mon doigt et cria, haut et fort : « Ouiii je veux t'épouser ! » Lui gloussait encore – il gloussait même une fois au lit, je ne sais pas pourquoi. Il passait son temps à jubiler.

Puis les années passèrent. J'vivais dans une maison plutôt grande. Voire géante, en fait. Lui, passait plusieurs mois en voyage mais cultivait notre amour en cultivant notre compte en banque. Un homme bon, vous dis-je ! Je réclamais une robe, je l'avais le lendemain. Je réclamais une femme de ménage, j'en avais trois. Le monde était à mes pieds.

Puis les années, l'ennui, la solitude, l'agacement, le surplus, le manque, la vie sexuelle inexistante. Tout ce cumul était fort, grand, insoutenable. Alors un jour, je pris quelques sous. Pas grand chose,l'équivalent d'une centaine de dollars. Puis je partis en ville chercher une occupation.

Au bout de deux jours, j'avais vite fais le tour des cinémas et des boutiques.
Puis vint le casino.

Le casino, ça c'était génial ! Le frisson lorsqu'on sait que l'on a perdu, la jouissance de récupérer ses jetons. Enfin je me sentais dans mon élément. Tellement que je ne sortais plus que pour m'acheter de quoi manger. Puis vint un jour où je n'avais plus assez d'argent pour m'acheter de quoi grailler. Tant mieux ! Plus besoin de sortir, comme ça.

Sauf que j'étais endettée et je n'avais pas Néstor pour veiller sur moi. D'ailleurs, Néstor devint jaloux du casino. Et après avoir reçu un relevé de nos comptes, il me menaça de divorce. Ce qu'il ne savait pas, c'était que j'avais trouvé d'autres personnes dans le Casino qui me donnaient de quoi jouer en échange de quelques sourires. Donc, face à sa menace, je lui ai répondu. « Bah tu sais quoi !? Pour la peine je vais jouer toute la nuit !!! »
Oh que oui j'ai joué toute la nuit.

En réalité je n'ai même pas pu rentrer. « Aboule le fric » Avait dit l'homme qui m'avait prêté de quoi jouer pendant plusieurs semaines. Un sourire.

« Je ne l'ai pas là, demain je l'aurai, juré craché !
-ÇA FAIT DES MOIS QUE TU ME DOIS CE FRIC SALOPE ALORS MAINTENANT J'VAIS ME SERVIR SUR LE BUFFET FROID. »
Bang bang. Pouf pouf. Et me voilà morte. Crevée. Tuée. Et j'en passe. Même pas le temps de répondre, même pas le temps de réaliser qu'il avait tiré. En plein dans la poitrine.

Despe avant d'avoir été garçon.

« Mais qui a osé ? QUI A OSE ? » Elle hurle. Elle s'excite. Elle s'agite. Elle serait capable d'égorger quelqu'un sur son passage. Tuer un mort, haha. Personne ne sait pourquoi elle est en colère, mais elle continue de crier un moment avant d'interpeller un membre du service. « TOI !!! Pourquoi il fuit ? Viens ici ! » Elle écrase sa main sur le col de l'homme pour le tirer : « J'ai faim ! Fais moi à manger ! Et après débrouilles toi pour me trouver des habits ! Voles les à quelqu'un d'autre j'sais pas ! Mais t'as vu comment je suis fringuée !? » L'homme la regarde, la trouve belle et n'hésite pas à le lui dire. « N'importe quoi en plus tu te fous de ma gueule !!!??? T'as de la chance, j'suis de bonne humeur, sinon je t'aurais collé une tarte ! »

Puis elle part. Sans demander son reste. Sans rien de plus que quelques gestes balancés dans le vide.

Quelques semaines après, on lui propose d'intégrer les garçons. Elle accepte par ennui, on lui propose par agacement. On se dit que sans son totem -le billet de monopoly-, elle oublierait vite sa vie de femme riche et casserait moins les burnes au personnel.


When we meet on the other side

Will you recognize me then




Despe barmaid.

Elle astique son bar, sifflote, ricane parfois toute seule, fait briller les verres. « Bonjour ! » Elle serait presque agréable ; la passion des cocktails. « Que voulez-vous ? » Puis elle passe à autre chose, perdue dans ses pensées. Despe serait presque devenue une femme normale, agréable.
Sauf.
« Mais qui est le GROS CON qui n'a pas été foutu de mettre un dessous de verre !? Oh je vous jure je le retrouve je lui fais lécher le comptoir jusqu'à ce qu'il brille ! Hé ! Sale trou du cul portes un peu tes couilles viens avouer ta faute ! T'as vu ça Aires !? T'AS VU CA !? Le mec squatte et prend même pas la peine d'essuyer ses merdes après son passage ! PUTAIN. » Et elle crie, encore et encore, en nettoyant la trace laissée par l'inconnue sur son beau et ô grand précieux bar. Elle aime ce qu'elle fait et hais ceux qui ne respectent pas son travail.

Et. Elle.

« Prada. Prada ! J'ai besoin de toi. » J'ai besoin de toi, toujours, ici, maintenant. C'est con c'est niais, même moi j'ai honte. Je glousse, presque comme une gamine. « Je veux une nouvelle coupe ! Une qui me rendra putain de belle tu vois ? » Je souris, encore, à jamais.
Je suis heureuse.
Je repars, le cœur léger.

Je reviendrai. Bientôt. Lorsqu'elle me manquera, à nouveau.


RUNAWAY.

My friends are gonna be there too.



Comment t'es tu retrouvé dans ce huis clos ? Dr ô dr.
Quelles sont les trois choses vivantes ou inanimées que tu emmènerais sur une île déserte ? Mon pc. Hihi.
Artiste/groupe, couleur et plat préférés : Je sais pas la musique je change tous les jours. En ce moment Archive et Radiohead. Couleur c'est le blanc OUI C'EST PAS UNE COULEUR MAIS MÊME. Plat je sais pô.
Une chanson que tu aimes en remplaçant un mot par vasectomie : True Vasectomie don't waits. RPZ.
Une critique constructive sur Huis Clos ? Lol.
Pourquoi selon-vous les « ouvertures faciles » ne sont-elles pas faciles ? C'est un COMPLOT.




- - - - - - - - - - - - -

"Karma Police, arrest this girl, her hitler hairdo, is making me feel ill, and we have crashed her party. This is what you get, when you mess with us. Karma Police, I've given all I can, it's not enough, i've given all I can, but we're still on the payroll."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

admin • le loup des steppes
admin • le loup des steppes

avatar


Messages : 112
Mort : 1924, Madrid, asphyxie.
Fonction : médecin (ah bon)

Message  Sujet: Re: She laughs like god, her mind's like a diamond. DESPE.
  Jeu 16 Mai - 13:50

BONJOUR ET BIENVENUE

JE T'ACCUEILLE EN CAPSLOCK PARCE QUE JE SUIS SUPER EXTRÊME
Merci d'avoir choisi Despe, tu es un amour (tiennns comme ça ne m'étonne pas que tu aies flashé sur elle Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes)
C'est parfait. (Nestòr m'a bien fait rire. Nestòr. On dirait que Désirée était mariée à un castor.)

Je te valide.
(J'ai la flemme d'img la bannière de validation.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

She laughs like god, her mind's like a diamond. DESPE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: garçon ! :: Registre :: Âmes-