AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tonight I dance Alone ▬ Hadés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar


Messages : 5

Message  Sujet: Tonight I dance Alone ▬ Hadés
  Dim 15 Sep - 11:27


Tonight I dance Alone

«  Nous sommes dans les ténèbres mon ange. Je n’ai pas envie d’en dire plus, seulement que je suis ici pour satisfaire une envie propre, oui le lieu est dangereux, les animaux sont sauvages, mais ils ne peuvent pas tuer un mort n’est-ce pas ?   »




▬ L’hôtel est d’un ennuie mortel ces temps-ci. Je commence à ressentir le besoin d’en sortir, et même si nous y sommes toujours ici le monde est différent. La vie semble présente malgré tout. Mais que sais-je de la vie ? J’ai gravit les marches de cette échelle, rampé entre les poutres du toit, le lieu était petit est l’air saturé. Pourtant j’y serais bien resté. Ici on était en haut de l’hôtel, on était plus proche de la Terre. J’avais fixé le plafond des minutes durant, des heures même. Personne ne verrait la différence, personne ne fait attention aux plantes de toute façon. Le bois, dévoré, était mon seul réconfort ces temps-ci, le bois était mon seul ami il faut croire. Je me collais un peu plus à lui, glissant dans les recoins les plus sombres de la pièce marchant à quatre pattes comme un animal. Je fermais doucement les yeux avançant encore et toujours m’attendant à sentir un mur à tout moment, seulement rien.

▬ Le sol semblait avoir changé, le bois abimé se transformé en roche humide, et très vite en herbe fraiche, une douce sensation. Je rouvris les yeux, l’ombre avait laissé place à la lumière. Le spectacle était différent de tout le reste de l’hôtel. L’herbe s’étendait à perte de vue, mais semblait pouvoir changer à tout moment. Je me retournais sans distinguer le lieu de mon arrivé. Je me relevai doucement, tendant les bras devant moi prenant une grande aspiration d’air. L’odeur n’était plus la même, il n’y en avait pas. Ce lieu semblait magique, il me donner envie de vivre… De croire que j’étais bien mieux que tout ces Hommes descendus à l’hôtel. Je me mis à marcher, puis à courir, courir aussi vite que possible, cherchant la moindre brise sur mon visage, mais rien. Pourtant tout ici me semblait bien mieux qu’à l’intérieur du bâtiment.

▬ Mon visage vint s’écraser sur le sol. J’étais tombé tout simplement. L’herbe était devenue bien plus jaune et même si l’air n’avait pas changé il faisait bien plus chaud. La verdure devenait du sable à perte de vu… Je soupirais, me relevant non sans difficulté, le lieu semblait vide, mais pourtant je sentais une infinité de regard se poser sur moi. Je frissonnai, retournant sur mes pas, les bras croisé et la tête baissée. Je pourrais peut-être trouver une plante à ramener pour le hall. Peut-être que ça pourrait redonner du prestige à l’hôtel, une plante exotique quelque chose qui ne peut pas pousser dans les cimetières. Quelque chose de beau. Je glissais à travers l’herbe dans la direction inverse, elle devenait de plus en plus épaisse et haute, quelque chose me passa entre les jambes. Je sursautai, mais ne vit rien, sans aucun doute mon imagination.

▬ Une sensation d’humidité et de densité commença à se répandre autour de moi. Il y avait des bruits qui provenaient de coin sombre, une forêt commençait à se dessiner. Une forêt noir et tropicale, mais je n’avais pas peur. Je ne voyais aucune fleur, comme si l’endroit était un décor qui n’était pas finit. Je commençais à me demander où j’étais. Un grognement passa dans mon dos. Je frémis, n’osant me retourner, j’avançais de plus en plus vite, fermant les yeux et chantant pour me rassurer, une douce mélodie que j’avais entendue, une mélodie d’outre tombe. Des souffles commençaient à se répandre autour de moi, mais je n’avais pas peur, personne ne peut me toucher, personne ne peut me voir, personne ne sait. Au loin les bruits commençaient à se distinguer, comme des plaintes, au loin on pouvait entendre les douleurs de ces animaux perdus en enfer. Et doucement j’avançais parmi eux chantant pour les rassurer. Nous étions tous condamné ici, nous sommes tous des morts, alors que pouvaient-ils me faire. J’étendis mes bras, me couchant au milieu de l’herbe verte, chantant à plein poumon, sentant la chair froide des animaux morts près de moi. Et doucement au loin, on pu entendre le bruit d’une porte qui se refermait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tonight I dance Alone ▬ Hadés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Huis Clos :: Érèbe :: Zoo-